lecochonetleboeuf - charcuterie et boucherie
Recherche
banniere Lecochonetleboeuf
Charcuterie, boucherie et traiteur
Votre
PUB
ici  
 
 

Progression journaux:
/ Index / Répartition / Sélection / Description
  Toutes les fiches / Bienvenue

La standardisation devient la règle

Article de Resus Posté le 28-09-2004 Journal: "Bienvenue et Législation"   Aquitaine
La standardisation devient la règle
UN JURISTE. Simon Charbonneau plaide pour une réglementation des modes de productions " fermiers ".

Simon Charbonneau est maître de conférence à Bordeaux et spécialiste du droit de l'environnement.

La réduction des pratiques agricoles va de pair avec la réduction du nombre d'espèces animales et végétales utilisées. C'est pourquoi certaines d'entre elles ont quasiment disparu des élevages ou des champs. Une pratique comme la conservation du canard dans la graisse, qui était traditionnelle dans les campagnes, a été fortement entamée par l'arrivée du congélateur.

Les espèces inféodées à un territoire déterminé, comme la vache Bazadaise, ont elles aussi été très menacées par l'uniformisation des pratiques agricoles. Tout cela est dû à l'application au monde agricole de principes et de lois conçues pour l'industrie. Du coup, la standardisation est devenue la règle, on sélectionne les espèces les plus productives, et on leur fait prendre la place des espèces locales. Cette logique entraîne une réduction de la diversité et même, absurdité totale, une surproduction.

Or cette recherche de productivité à tout prix fait que l'on assiste actuellement à de véritables impostures, et ce même dans certaines Appellations d'origine contrôlées : une usine de plus de 5 000 porcs, élevés sur litière dans le plus pur style breton, pourrait s'installer dans la région et obtenir l'Appellation jambon de Bayonne, car ils sont dans la zone géographique et respectent les règles concernant le séchage et le salage. Et il existe des dizaines d'autres exemples.

Dans le même temps, des règles directement calquées sur le droit européen posent de sérieux problèmes aux plus petits producteurs.

Ainsi sur les marchés de village, on demande à un éleveur de poulets une vitrine réfrigérée. C'est bien entendu utile lorsqu'il traite des milliers de bêtes et qu'il les vend sur des centaines de kilomètres, mais dans le cadre d'une petite exploitation, pour une vente localisée, c'est ridicule.

C'est pourquoi il faudrait aboutir à une réglementation des modes de productions dit " fermiers " qui soit dérogatoire. Elle fixerait des seuils quantitatifs et des obligations qualitatives. Il s'agirait alors de promouvoir une agriculture de qualité, qui pourrait en quelque sorte être aidé au titre du développement rural, compte tenu de la haute valeur ajoutée de ces produits.

Mais cette démarche devra s'accompagner d'une véritable éducation du consommateur, qui devra accepter de payer un peu plus cher pour avoir de la qualité, variée et savoureuse. Car il ne faut pas l'oublier, cela a un prix. "

Source : Aqui ! mensuel n°1 de septembre 2004
Dossier SAVEURS pg. 15-19
Tel et abonnement :
http: www.aqui.fr

Commentaire:



  Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés.
  Tous droits réservés © - Enregistrement, reproduction et copie interdits